Washingtonia robusta     -     wahsh-ing-TO-nee-a    ro-BUS-ta

  ( Washingtonia Mexicain )       

        

        Le Washingtonia robusta développe un stipe très haut, élancé, de plus de 20m.    Son allure générale est plus allongée que son frère W. filifera.    Sa couronne ovale est composée de feuilles palmées d'un vert assez clair.    Les pétioles portent sur toute la longueur de solides épines.    C'est le Palmier qui se partage le littoral de la Côte d'Azur avec son cousin Phoenix canariensis, il est aussi celui que l'on voit dans la majeure partie des séries américaines se déroulant sur la côte ouest des États Unis.    Une fois sèches, ses feuilles tombent seules, laissant un stipe nu et assez lisse.

         Culture     Ce Palmier doit être planté dans un sol bien drainé et à un endroit très ensoleillé.    Avec de copieux arrosages l'Été, il devient un recordman de la vitesse de croissance.    Malheureusement, sont nom s'applique plus à cette vélocité qu'à sa résistance au froid.   Vers -7°, son feuillage est brûlé à 100%, et si les températures descendent encore plus bas, ou que le froid est régulier et/ou se prolonge, le coeur est également brûlé.    Pour autant, si le froid ne s'éternise pas trop, et que le coeur de la plante est épargné, le Washingtonia robusta reformera de nouvelles palmes dès le Printemps, témoignage de sa robustesse.

         Attention     Il ne faut pas confondre le Washingtonia filifera et le Washingtonia robusta.    Tous deux sont proposés à la vente dans le commerce.    Facile à différencier à l'âge adulte, d'abord par l'allure générale du W. robusta qui est plus élancé que le W. filifera.    Également, le stipe du W. filifera est fissuré verticalement, celui du W. robusta porte des marques horizontales, les pétioles du W. filifera portent des épines de leurs bases jusqu'à la moitié, le W. robusta de leurs bases jusqu'en haut, les palmes du W. filifera sont plus grande et comportent plus de segments que le W. robusta.    Enfin, à la naissance des segments, la face inférieure de la palme du W. robusta est couverte d'un duvet blanc.    La distinction entre les deux est moins aisée lorsqu'ils sont jeunes.

 Photo    D.L.© Olbius Riquier - Hyères Les Palmiers

 

 

    Le Washingtonia robusta est originaire de la moitié Sud de la Californie, on le trouve aussi sur la rive Ouest Mexicaine

   

 

 

    Formation des fils à l'ouverture de la feuille d'un jeune Washingtonia robusta

    Washingtonia robusta, détail du duvet bien visible sous la feuille    4

 

 

 

 

    A gauche, un stipe de W. filifera, à droite de W. robusta, plus lisse, moins "torturé"    

 

 Note     J'ai mis à profit un hiver clément exempt de neige et de grand froid dans ma région, pour mettre en terre mon Washingtonia très tôt dans la saison puisque nous sommes le 15 Mars 2005.    Cette période n'est pas recommandée, mais la météo exceptionnelle que nous connaissons cette mi-Mars (grand soleil et 23°) m'encourage à faire une entorse aux conventions.    L'avenir me dira si ce fut à tord ou à raison.

    Le voici en février 2004

     Note     J'ai acheté ce Washingtonia étiqueté filifera en Mars 2002.    Je me suis ensuite rendu compte qu'il s'agit en fait d'un W.robusta, bien que, encore jeune, les signes distinctifs ne sont pas évidents.

    Il faisait partie d'une potée de deux pieds dans le même pot, comme cela se trouve très fréquemment dans les jardineries.    J'ai pris la décision de n'en garder qu'un seul et ai donc séparé les deux jeunes pieds pour ne garder que le plus vigoureux.    J'ai attendu 3 ans qu'il se remette parfaitement de cette opération avant de le mettre en pleine terre.    J'estime sa germination à 1999, ce qui lui donne 6 ans sur cette photo.

     Note     Le 17/10/05: la pleine terre pour les Palmiers, il n'y a que cela de vrai, je suis surpris par la rapidité de croissance de ce Palmier pour sa première saison hors de son pot.

Ici en Mars 2005   

    Là, début Septembre 2006

     Note     Le 13/09/06: L'Hiver 05/06 avait eu raison de sa lance, mais dès le printemps, une nouvelle lance est apparue et la croissance reste soutenue.    Je viens de pailler le pied, en prévision du prochain Hiver, avec la dernière tonte de gazon.

     ?     Le grillage, c'est une astuce pour empêcher mon chien de lever la patte dessus.

Ici en Mai 2008   

     Note     L'hiver 06/07 s'était bien passé pour mon Washingtonia qui, bien protégé, n'avait pas souffert le moins du monde.

    Le 07/05/08: Cette année encore, comme il y a deux ans, le froid a eu raison de sa lance, mais aussi de tout le feuillage.    Il faut dire que, pour la première fois, je ne lui ai pas posé de cordon chauffant.

    Qu'importe, il pousse.   Ses palmes grillées sont portées par des pétioles encore verts qui s'allongent d'un bon centimètre par jour.

Et ci-contre à gauche, en septembre 2009

     Note     La preuve donc que ce palmier reste relativement solide.

    Ceci étant, j'ai pris la décision de le sortir de terre à la fin de la saison 2009 pour le cultiver en pot le temps qu'il voudra bien.

    Au Printemps 2010, un Washingtonia filifera acheté courant de l'Été 2009 chez Mme Décugis, va prendre sa place.