Rhapidophyllum hystrix     -     rap'-i-doe-FYL-lum    HISS-trix

(Palmier porc-épic)

        

     Ce genre, qui ne contient que cette seule espèce, est cespiteux, il produit donc, avec les années, de nombreux rejets qui lui confèrent un port buissonnant façon Chamaerops humilis.    Le stipe est épais et court, de 0 à 2 m, recouvert de fibres et armé de longues et fines aiguilles dont il faut se méfier.    Les feuilles sont palmées, les folioles sont fines et très découpées, presque jusqu'à leur point d'attache sur le pétiole.    Elles sont fragiles au vent, portées par un pétiole long, fin et inerme.    Enfin, le Rhapidophyllum hystrix est dioïque, en général, car il peut aussi être monoïque.

      Culture     Dans son habitat naturel ou les Étés sont longs et humides , on trouve le Rhapidophyllum hystrix en sous-bois.    Dans notre contrée bien moins chaude où les Étés sont plus courts, il est préférable de le cultiver en situation ensoleillée, dans un terrain humifère.    L'arrosage abondant est apprécié en période végétative.    Il est de croissance lente, et son principal attrait réside dans son incroyable rusticité pour un Palmier.    Pensez donc, -20°.    Le plus difficile reste encore de le trouver, sauf comme toujours chez les pépiniéristes spécialisés.    J'ai planté le mien en avril 2009, avant, il était remisé l'hiver dans mon garage, entre 11° et 15° avec un éclairage d'appoint, situation qu'il supportait parfaitement.

photo Mark Shelby - Université de Floride

 

    Le Rhapidophyllum hystrix est originaire d'Amérique du Nord, en Floride, dans l'état du Mississippi et de Caroline du Nord

    Un Rhapidophyllum hystrix en condition naturelle

    Avec du recul, la ressemblance avec un Chamaerops humilis est réelle.

 

Photo    Palms and other exotic plants for Scandinavia

   

 

 

Photo    avril 2009

 

 

Photo    avril 2009

 

 

Photo    juin 2007

Sous une apparente innocence ci-dessus, ce jeune stipe porte déjà quelques belles épines.
L'apparition des rejets à la base du stipe intervient vers l'âge de huit années de culture sur mon Rhapidophyllum hystrix Mon Rhapidophyllum hystrix, en septembre 2005