Brahea armata    -     bra-HAI-a    ahr-MATH-a

(palmier zinc, palmier mexicain, Erythea armata)

        Le Brahea armata est reconnaissable assez facilement par la couleur de sa couronne d'un gris bleuté.    Ses feuilles sont palmées, coriaces, recouvertes d'une pruine blanchâtre qui ajoute encore une particularité à cette fameuse couleur.    Les pétioles sont d'une longueur moyenne, ils laissent sur le stipe pendant quelques temps des fibres noirâtres qui disparaissent à la chute des palmes.    Ils sont armés d'épines, pas très dangereuses toutefois.    Une autre des particularités qui distinguent le Brahea armata est la taille de ses inflorescences pouvant atteindre 6 m, tombantes tel le pan d'une écharpe sous la sous face de la couronne (on en distingue les fruits sur la photo ci-contre), les fleurs aussi ont une jolie couleur blanc crème.    Il forme un stipe solitaire assez épais qui dépasse les 10 m dans son habitat naturel.

 

        Culture     Comme de bien entendu, vu sa provenance, ce Palmier nécessite un sol très bien drainé, un emplacement ensoleillé, mais et surtout, des Étés longs et chauds pour bien se développer.    Les Hivers pourront être frais, mais sans excès d'humidité que le Brahea armata ne supporte pas.    C'est ainsi seulement qu'il prendra fière allure et supportera des pics de gels hivernaux de -12° à l'âge adulte.    Ceci veut également dire, hélas, qu'il ne faut guère espérer réussir l'acclimatation de ce palmier sur le long terme en dehors de la Côte d'Azur, sauf à de rares exceptions.

        Bien que supportant la sécheresse, il profite mieux, comme la plupart des Palmiers, avec un arrosage abondant l'Été, et un engraissage facultatif au Printemps.    Il pousse, hélas, lentement.

        En région tempérée pluvieuse, la fine couche de cire qui recouvre les palmes a tendance à disparaître sous l'effet lessivant de la pluie.    Également, on prendra soin plus que jamais au drainage du sol afin de protéger les racines sensibles à la pourriture.    La croissance, déjà lente, sera d'autant ralentie que l'Été sera court et sans réelle chaleur.

        On peut donc s'amuser à cultiver un Brahea armata pendant quelques années dans le Nord de la France, tant que sa protection contre le froid et l'excès d'humidité est possible, cependant, je n'ai pas connaissance de l'existence de Brahea armata adultes plantés depuis plusieurs générations ailleurs que le long de la Côte d'Azur, il faut donc s'attendre à le perdre un jour...

        Début 2013, alors que je révise ces lignes, je maintiens encore à mon Brahea armata, qui doit être âgé d'un peu plus de 20 ans, une protection hivernale constituée d'un cordon chauffant et d'une housse Up-Timum.

Photo    Brahea armata, à Cannes

 

    Le Brahea armata est originaire du Mexique, plus particulièrement de la Basse Californie

 

 

Octobre 2010

Mon Brahea armata, en Mars 2012, fraîchement sorti de l'Hiver 11/12.    Sa couronne se fournit un peu plus chaque année, mais sa base s'épaissit petit à petit.

 

 

Graines de Brahea armata

Ici, en Mai 2008.    Il a souffert de l'Hiver 07/08, car je ne lui avais pas posé de cordon chauffant.

 

 

 

 

Le voici en Septembre 2007

Mon Brahea armata, en Mai 2006, le jour de sa plantation.    Il doit avoir, en gros, une quinzaine d'années.

 

 

Voici un Brahea armata adulte et en fleur, on distingue bien la couleur des palmes et les deux inflorescences qui retombent sous la couronne.

Photo    Parc Cravero, jardin de l'Hôtel de ville - Le Pradet - 83

    Assez insolite, ce Brahea armata au stipe dénudé, vu aux Floralies de Fréjus début avril 2006